Quatrième Dimanche

L’ombre du doute

Difficile d’accueillir ce que la vie nous réserve… Bonne ou mauvaise surprise, cela demande de l’espace intérieur, de la marge. Sans quoi, le nécessaire travail d’accueil de l’événement ne peut pas se faire. Jésus est ici confronté, dans la ville où il a grandi où l’on aurait pu espérer un accueil inconditionnel, au doute de ses contemporains. La nouveauté qu’il apporte soudain ne cadre pas avec ce que l’on connaît. Jésus ne correspond plus à l’image figée, rassurante, qui se résume dans l’expression „fils de Joseph”.

Oui, Jésus est humainement de la maison de Joseph. Mais il est tellement plus que cela…

L’épiphanie qui a lieu à Nazareth n’est pas reçue. Les siens ne se sont pas mis en route intérieurement comme les mages pour reconnaître celui qui a des paroles de grâce. Pour eux, le son et l’image ne correspondent décidément pas. Ils sont sourds au Verbe, ne voyant que ce Jésus qu’ils ont regardé grandir.

La réalité est donc aplatie à ce qui est connu, ramenée à ce qui est déjà. La vie est mise en boîte. L’ordinaire n’est plus le lieu de grâce qui veut s’offrir au coeur attentif. Il n’y a donc plus de place pour la vie. On l’évacue sur un escarpement de la colline, on la boute hors de la ville. Mais c’est encore une fois ignorer le pouvoir de la vie. Réduite au silence ou à l’impuissance, elle passe son chemin. Elle va voir plus loin quelle terre accueillante a vraiment soif de la vie.

Aujourd’hui c’est la vie qui vient à nous. Le Verbe de Dieu va-t-il trouver en nous cette terre assoiffée de la vie en plénitude? Sa parole va-t-elle faire événement en nous ? Va-t-elle trouver grâce ? Ou bien allons-nous en rester à nous-mêmes ? A ce que nous connaissons ou voulons pour nous-mêmes ?

Ne prenons pas le risque d’évacuer la vie offerte par le Christ Jésus. Il vient à nous, corps et sang, pour nous offrir le seul mode de vie possible: le sien. L’exode permanent exposant sa vie au risque du rejet. Alors: la vie sera-t-elle accueillie en nous ? Passera-t-elle par nous pour nous envoyer porter le Verbe d’amour à qui veut bien l’entendre et l’accueillir ?

Equipe Evangile@Peinture

2013-02-20 at 11-24-01-M

 

Anunțuri

Autor: agnesD

Cineva care cauta, cerceteaza, si doreste sa transmita lucruri care-i par valoroase. Din lipsa de timp pentru a traduce si rezuma, pun în acest blog texte în româna, franceza si engleza.

Lasă un răspuns

Completează mai jos detaliile tale sau dă clic pe un icon pentru a te autentifica:

Logo WordPress.com

Comentezi folosind contul tău WordPress.com. Dezautentificare / Schimbă )

Poză Twitter

Comentezi folosind contul tău Twitter. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Facebook

Comentezi folosind contul tău Facebook. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Google+

Comentezi folosind contul tău Google+. Dezautentificare / Schimbă )

Conectare la %s