Putregaiul din suflet — Prea târziu te-am iubit…

„Taina regelui e bine să o ţii ascunsă, dar faptele lui Dumnezeu să le faci cunoscute şi să dai mărturie cu cinste” (Tob 12,7). Cu adevărat fiecare om are „taine” pe care trebuie să le împărtășească doar lui Dumnezeu și părintelui spiritual. Însă faptele lui Dumnezeu, ceea ce el a făcut și face în viața […]

via Putregaiul din sufletul celor care „devorează avutul văduvelor şi se prefac că se roagă îndelung” — Prea târziu te-am iubit…

Le loup avec l’agneau…?

 

            « Le loup habitera avec l’agneau,
car la connaissance du Seigneur remplira le pays
comme les eaux recouvrent le fond de la mer »

Livre d’Isaïe, chapitre 11, versets 6 et 9.

Fr. Christophe Boureux
Couvent de la Tourett
e
Isaïe décrit la création paradisiaque à la fin des temps. Les relations entre le loup et l’agneau, entre le léopard et le chevreau, entre le nourrisson et le cobra, caractérisent une vie commune : habiter, se nourrir ensemble, partager un même nid. La création accomplie révèle l’hospitalité d’une maison commune où l’on mange ensemble sans se manger les uns les autres. Tous sont des hôtes les uns pour les autres, car le mot hôte désigne à la fois celui qui accueille et celui qui est accueilli. L’hospitalité supplante et remplace l’hostilité.
Le paradis d’Isaïe étend à la création tout entière l’hospitalité que Noé offrit à chacun des couples d’animaux dans l’arche que le Seigneur lui fit construire avant le déluge. Bien qu’enfermés tous ensemble pendant longtemps, ils ne s’entredévorèrent pas, en dépit du regard oblique que les enfants se plaisent à imaginer dans les yeux du gros lion louchant sur la petite antilope à ses côtés. L’explication de ce miracle d’hospitalité pour Isaïe vient de ce que « la connaissance du Seigneur remplira le pays ».
Les créatures se connaîtront mutuellement comme le Seigneur les connaît, Lui qui en est le Créateur.
À l’origine, dans le jardin d’Eden, comme à la fin des temps dans la Jérusalem céleste, il n’y a qu’un arbre au milieu du paradis : l’arbre de la connaissance de Dieu ne fait qu’un avec l’arbre de vie.
Cet arbre est celui sous lequel Abraham accueillit ses trois hôtes mystérieux ou sous lequel Nathanaël se tenait lorsqu’il vit passer Jésus. Sous cet arbre, l’hostilité au tréfonds de nous cherche à se transformer en hospitalité créative. Pour habiter la terre en chrétien, nous demandons à chaque créature : « où demeures-tu ? » et « peut-on manger ensemble ? »
http://avent.retraitedanslaville.org/prier/date___2016

Misericordias Domini in aeternum cantabo

copil in rugaciune

Din psalmul 102

Binecuvintează, suflete al meu, pe Domnul şi toate cele dinlăuntrul meu, numele cel sfânt al Lui.

Binecuvintează, suflete al meu, pe Domnul şi nu uita toate răsplătirile Lui.

Pe Cel ce curăţeşte toate fărădelegile tale, pe Cel ce vindecă toate bolile tale;

Pe Cel ce izbăveşte din stricăciune viaţa ta, pe Cel ce te încununează cu milă şi cu îndurări;

Pe Cel ce umple de bunătăţi pofta ta; înnoi-se-vor ca ale vulturului tinereţile tale.

Cel ce face milostenie, Domnul, şi judecată tuturor celor ce li se face strâmbătate.

Cunoscute a făcut căile Sale lui Moise, fiilor lui Israel voile Sale.

Îndurat şi milostiv este Domnul, îndelung-răbdător şi mult-milostiv.

Nu până în sfârşit se va iuţi, nici în veac se va mânia.