Une veillée pascale avec Adrienne von Speyr

Veillée pascale Année (Gn 22,1-18 ; Ex 14,15-15,1 ; Lc 24,1-12)

Avec la mort de Jésus, la Parole de Dieu est à sa fin, l’Église a veillé silencieusement au tombeau, dans la fatigue de Marie transpercée par tous les glaives de la souffrance ; toute foi vivante, toute espérance vivante, a été déposée auprès de Dieu. Aucun alléluia prématuré ne retentit. L’Église qui veille et qui prie a le temps de se remémorer le long chemin que Dieu, depuis la création du monde, a parcouru avec son peuple à travers toutes les étapes de l’histoire du salut ; elle voit le salut même dans les situations les plus difficiles, comme dans le sacrifice d’Abraham, comme dans le passage étroit à travers la mer partagée, comme dans l’appel à revenir de l’exil ; et l’Église comprend que c’étaient de purs événements de la grâce (H-U von Balthasar, Lumière de la Parole. Commentaire des lectures dominicales. Année C. 65).

Se rendant au tombeau de grand matin avec leurs aromates, les femmes trouvent la pierre roulée sur le côté, elles entrent dans le tombeau, mais ne trouvent pas le corps de Jésus qu’elles cherchaient. Elles sont consternées, car ce qu’elleont trouvé n’a pour elles aucun sens ni humainement ni surnaturellement. Il en sera de même pour Pierre quand il se rendra au tombeau. C’est dire à quel point étaient restées inimaginables pour tous, même pour ceux qui étaient le mieux disposés, les paroles de Jésus sur sa résurrection le troisième jour. Pour aucun homme, pour aucune religion, il n’existe une prédisposition à comprendre un tel événement qui se produit en plein milieu du déroulement de l’histoire ordinaire, dans laquelle les défunts sont morts définitivement. C’est ainsi que les femmes ont besoin d’un rappel surnaturel de la prédiction de Jésus : quand il était encore en vie, il leur avait dit qu’il serait livré aux mains des pécheurs et qu’il ressusciterait le troisième jour. Pour les femmes, c’est comme si elles entendaient ces paroles pour la première fois. Ces paroles autrefois incompréhensibles prennent sens devant le tombeau vide et le rappel explicite qui en est fait. Ce qui autrefois était incompris est transformé par les anges en un pressentiment qui aidera à la compréhension. (Cf. Ibid. 66-67).

„Du pur radotage”. De retour du tombeau, les femmes rapportent aux disciples ce qui leur est arrivé et la rencontre des anges. Pour les disciples, ce n’est pas croyable. Il n’existe, dans l’expérience humaine, aucun cas qui rende vraisemblable une résurrection. Il peut y avoir des hallucinations, mais elles prouvent le contraire. Cette histoire de résurrection ne peut être que pur radotage. Pour beaucoup, elle l’est restée jusqu’à nos jours. – Pierre pourtant court au tombeau, il voit bien le linceul resté là. Que peut-on bien avoir voulu faire du cadavre ? Pierre revient du tombeau « étonné ». Le chemin qui conduit plus loin, jusqu’à la foi, s’ouvrira quand le Seigneur donnera la grâce d’être vu et adoré avec les yeux de l’Esprit (Cf. Ibid. 67).

 

 

 

La Croix – un message pour nous tous

„La Croix contient également un message pour ceux qui sont sur l’autre rive : pour les puissants, les forts, ceux qui se sentent à l’aise dans leur rôle de « gagnants ». Et c’est un message, comme toujours, d’amour et de salut, et non de haine ou de vengeance. Qui leur rappelle qu’à la fin, ils seront condamnés au même sort que tout le monde ; que faibles et puissants, sans défense et tyrans, tous sont soumis à la même loi et aux mêmes limites humaines. La mort, comme une épée de Damoclès, est suspendue au-dessus de notre tête à tous, elle est suspendue à un fil. Elle met en garde contre le pire mal pour l’homme qu’est l’illusion de toute-puissance. Il n’est nul besoin de remonter trop loin dans le temps, il suffit de repenser à l’Histoire récente pour se rendre compte à quel point ce danger est fréquent et conduit individus et peuples à la catastrophe.

Les Ecritures ont des paroles de sagesse éternelle, adressées aux dirigeants de la scène de ce monde.

« Écoutez donc, juges de toute la terre […]

les puissants seront jugés avec puissance ».

« L’homme comblé qui n’est pas clairvoyant

ressemble au bétail qu’on abat. »

« Quel avantage un homme aura-t-il à gagner le monde entier,

s’il se perd ou se ruine lui-même ? »

L’Église a reçu le mandat de son fondateur d’être du côté des pauvres et des faibles, d’être la voix de ceux qui ne peuvent se faire entendre et, Dieu merci, c’est ce qu’elle fait, surtout en la personne de son pasteur suprême.

La deuxième tâche historique que les religions doivent assumer ensemble aujourd’hui, outre de promouvoir la paix, est de ne pas rester silencieuses devant le spectacle qui se déroule sous nos yeux à tous. Quelques privilégiés sur terre possèdent des biens qu’ils n’arriveraient pas à consommer, dussent-ils vivre des siècles, quand des foules immenses de pauvres n’ont même pas un croûton de pain ni une gorgée d’eau à donner à leurs enfants. Aucune religion ne peut rester indifférente, car le Dieu de toutes les religions n’est pas indifférent à tout cela.”

« Méprisé et rejeté par les hommes », l’homélie de la Passion du Christ, Padre Raniero Cantalamessa, extrait

 

Les Saintes Femmes au Tombeau

Les Saintes Femmes au Tombeau

Extrait des révélations de la Bienheureuse Anne-Catherine Emmerich

Les saintes femmes étaient près de la petite porte de Nicodème, lorsque Notre Seigneur ressuscita ; mais elles ne virent rien des prodiges qui eurent lieu au tombeau. Elles ne savaient pas qu’on y avait mis des gardes, car elles n’y étaient pas allées la veille, à cause du sabbat. Elles se demandaient avec inquiétude : “ Qui nous ôtera la pierre de devant la porte ? ”

Car dans leur empressement à honorer le corps du Seigneur, elles n’avaient pas pensé à cette pierre. Leur dessein était de verser de l’eau de nard et de l’huile odorante sur le corps de Jésus, et d’y répandre des aromates et des fleurs. N’ayant contribué en rien aux dépenses de l’embaumement de la veille dont Nicodème seul s’était chargé, elles voulaient maintenant offrir au Seigneur ce qu’elles avaient pu trouver de plus précieux, et honorer ainsi sa sépulture. Celle qui avait apporté le plus de choses était Salomé. Ce n’était pas la mère de Jean, mais une femme riche de Jérusalem, parente de saint Joseph. Elles résolurent de placer leurs aromates sur la pierre qui fermait le tombeau et d’attendre là que quelque disciple vint leur en ouvrir l’entrée.

Les gardes étaient étendus par terre comme frappés d’apoplexie ; la pierre était rejetée à droite, de sorte qu’on pouvait ouvrir la porte sans peine. Je vis à travers la porte, sur la couche sépulcrale, les linges dans lesquels le corps de Jésus avait été enveloppé. Le grand linceul était à sa place, mais retombé sur lui-même et ne contenant plus que les aromates ; la bande de toile avec laquelle on l’avait serré autour du corps n’avait pas été dépliée ; et elle était déposée sur le bord antérieur du tombeau. Quant au linge dont Marie avait recouvert la tête de son fils, il était à part au lieu même où cette tête sacrée avait reposé : seulement la partie qui avait voilé la face était relevé.

Je vis les saintes femmes approcher du jardin ; lorsqu’elles virent les lanternes des gardes et les soldats couches autour du tombeau, elles eurent peur et se retournèrent un peu du coté du Golgotha. Mais Madeleine, sans penser au danger, entra précipitamment dans le jardin, et Salomé la suivit à quelque distance, c’étaient elles deux qui s’étaient principalement occupées de préparer les onguents. Les deux autres femmes furent moins hardies, et s’arrêtèrent à l’entrée. Je vis Madeleine, lorsqu’elle fut près des gardes, revenir un peu effrayée vers Salomé ; puis toutes deux ensemble, passant, non sans quelque crainte, au milieu des soldats étendus par terre, entrèrent dans la grotte du sépulcre.

Elles virent la pierre déplacée, mais les portes avaient été refermées, probablement par Cassius. Madeleine les ouvrit, pleine d’émotion, fixa les yeux sur la couche sépulcrale, et vit les linges où le Seigneur avait été enseveli vides, repliés et mis de côté. Le tombeau était resplendissant, et un ange était assis à droite sur la pierre. Madeleine fut toute troublée ; je ne sais pas si elle entendit les paroles de l’ange, mais je la vis sortir rapidement du jardin et courir dans la ville vers les apôtres assemblés. Je ne sais non plus si l’ange parla à Marie Salomé, qui était restée à l’entrée du sépulcre ; je la vis, tout effrayée, sortir du jardin en grande hâte aussitôt après Madeleine, rejoindre les deux autres femmes et leur annoncer ce qui venait de se passer. Tout cela se fit précipitamment et avec un sentiment d’épouvante comme en présence d’une apparition. Le récit de Salomé troubla et réjouit à la fois les autres femmes, lesquelles hésitèrent un peu avant d’entrer dans le jardin. Mais Cassius. qui avait attendu et cherché quelque temps dans les environs, espérant peut-être voir Jésus, se rendit en ce moment même vers Pilate pour lui faire son rapport. En passant près des saintes femmes, il leur dit très brièvement ce qu’il avait vu et les exhorta à s’en assurer par leurs propres yeux.

Elles prirent courage et entrèrent dans le jardin. Comme elles étaient à l’entrée du sépulcre, elles virent les deux anges du tombeau en habits sacerdotaux d’une blancheur éclatante. Elles lurent saisies de frayeur se serrèrent l’une contre l’autre, et, mettant les mains devant leurs yeux, se courbèrent jusqu’à terre. Mais un des anges leur dit de n’avoir pas peur, qu’elles ne devaient plus chercher là le Crucifié, qu’il était ressuscité et plein de vie. Il leur montra la place vide, et leur ordonna de dire aux disciples ce qu’elles avaient vu et entendu. Il ajouta que Jésus les précéderait en Galilée, et qu’elles devaient se ressouvenir de ce qu’il leur avait dit : “ Le Fils de l’homme sera livré entre les mains des pécheurs ; on le crucifiera, et il ressuscitera le troisième jour ”. Alors les anges disparurent.

Les saintes femmes, tremblantes, mais pleines de joie, regardèrent en pleurant le tombeau et les linges, et s’en revinrent vers la ville. Mais elles étaient encore tout émues ; elles ne se pressaient pas, et s’arrêtaient de temps en temps pour voir si elle n’apercevraient pas le Seigneur, ou si Madeleine ne revenait pas. Pendant ce temps, je vis Madeleine arriver au Cénacle ; elle était comme hors d’elle-même et frappa fortement à la porte. Plusieurs disciples étaient encore couchés le long des murs, et dormaient ; quelques-uns étaient levés et s’entretenaient ensemble.

Pierre et Jean lui ouvrirent. Madeleine leur dit seulement du dehors : “  On a enlevé le Seigneur du tombeau ; nous ne savons pas où on l’a mis ”. Et après ces paroles, elle s’en retourna en grande hâte vers le jardin. Pierre et Jean rentrèrent dans la maison. et dirent quelques mots aux autres disciples ; puis ils la suivirent en courant, Jean toutefois plus vite que Pierre. Je vis Madeleine rentrer dans le jardin et se diriger vers le tombeau, tout émue de sa course et de sa douleur. Elle était couverte de rosée ; son manteau était tombé de sa tête sur ses épaules, et ses longs cheveux dénoués et flottants.

Comme elle était seule, elle n’osa pas d’abord descendre dans la grotte, mais elle s’arrêta un instant devant l’entrée ; elle s’agenouilla pour regarder jusque dans le tombeau à travers les portes, et comme elle rejetait en arrière ses longs y cheveux qui tombaient sur son visage, elle vit deux anges en vêtements sacerdotaux d’une blancheur éclatante, assis aux deux extrémités du tombeau, et entendit la voix de l’un d’eux qui lui disait : “ Femme, pourquoi pleures-tu ” ? Elle s’écria dans sa douleur (car elle ne voyait qu’une chose, n’avait qu’une pensée, à savoir que le corps de Jésus n’était plus là) : “ Ils ont enlevé mon Seigneur, et je ne sais pas où ils l’ont mis ”.

Après ces paroles, ne voyant que le linceul vide, elle quitta le tombeau et se mit à chercher ça et là. Il lui semblait qu’elle allait trouver Jésus : elle pressentait confusément qu’il était près d’elle, et l’apparition même des anges ne pouvait la distraire, elle ils paraissait pas s’apercevoir que c’étaient des anges ; elle ne pouvait penser qu’à Jésus. “ Jésus n’est pas là ! où est Jésus ” ?

Je la vis errer de côte et d’autre comme une personne qui aurait perdu son chemin. Sa chevelure tombait à droite et à gauche sur son visage. Une fois, elle prit tous ses cheveux à deux mains, puis elle les partagea en deux et les rejeta en arrière. C’est alors qu’en regardant autour d’elle, elle vit, à dix pas du tombeau, vers l’orient au lieu où le jardin monte vers la ville, une grande figure habillée de blanc apparaître entre les buissons, derrière un palmier, à la lueur du crépuscule, et comme elle courait de ce côté, elle entendit ces paroles : “ Femme, pourquoi pleures-tu ? qui cherches-tu ” ?

Elle crut que c’était le jardinier ; et, en effet, celui qui lui parlait avait une bêche à la main, et sur la tête un large chapeau qui semblait fait d’écorce d’arbre. J’avais vu sous cette forme le jardinier de la parabole que Jésus avait racontée aux saintes femmes, à Béthanie, peu de temps avant sa passion. Il n’était pas resplendissant de lumière, mais semblable à un homme habillé de blanc qu’on verrait à la lueur du crépuscule. A ces paroles : “ Qui cherches-tu ” ?, elle répondit aussitôt : “ Si c’est vous qui l’avez enlevé, dites-moi où il est, et j’irai le prendre ”.

Et elle se mit tout de suite à regarder de nouveau autour d’elle. C’est alors que Jésus lui dit avec son son de voix ordinaire : “  Marie ” ! Elle reconnut sa voix, et aussitôt, oubliant le crucifiement, la mort et la sépulture, elle se retourna rapidement, et lui dit comme autrefois : “ Rabboni (maître !) ” ! Elle tomba à genoux et étendit ses bras vers les pieds de Jésus. Mais le Sauveur l’arrêta d’un geste, et lui dit : “ Ne me touche pas ! car je ne suis pas encore monté vers mon Père, mais va trouver mes frères, et dis-leur que je monte vers mon Père et leur Père, vers mon Dieu et leur Dieu ”.

Alors il disparut. Il me fut expliqué pourquoi Jésus avait dit : “ Ne me touche pas ” ! mais je n’en ai plus un souvenir bien distinct. Je pense qu’il parla ainsi à cause de l’impétuosité de Madeleine, trop absorbée dans le sentiment qu’il vivait de la même vie qu’auparavant, et que tout était comme autrefois. Quant aux paroles de Jésus : ” Je ne suis pas encore monté vers mon Père ” , il me fut expliqué qu’il ne s’était pas encore présente à son Père céleste après sa résurrection, et qu’il ne l’avait pas encore remercié pour sa victoire sur la mort et pour l’oeuvre accomplie de la Rédemption. C’était comme s’il eût dit que les prémices de la joie appartenaient à Dieu, qu’elle devait d’abord se recueillir et remercier Dieu pour l’accomplissement du mystère de la Rédemption : car elle avait voulu embrasser ses pieds comme autrefois ; elle n’avait pense à rien qu’à son maître bien-aimé, et elle avait oublié, dans l’emportement de son amour, le miracle qui était sous ses yeux. Je vis Madeleine, après la disparition du Seigneur, se relever promptement, et, comme si elle avait fait un rêve, courir de nouveau au sépulcre.

Là, elle vit les deux anges assis : ils lui dirent ce qu’ils avaient dit aux deux autres femmes touchant la résurrection de Jésus. Alors, sûrs du miracle et de ce qu’elle avait vu, elle se hâta de chercher ses compagnes, et elle les trouva sur le chemin qui menait au Calvaire ; elles y erraient de côté et d’autre, toutes craintives, attendant le retour de Madeleine et ayant une vague espérance de voir quelque part le Seigneur.

Toute cette scène ne dura guère que deux minutes ; il pouvait être trois heures et demie du matin quand le Seigneur lui apparut, et elle était à peine sortie du jardin que Jean y entra, et Pierre un instant après lui. Jean s’arrêta à l’entrée du caveau ; se penchant en avant, il regarda par la porte entrouverte du tombeau et vit le linceul vide. Pierre arriva alors et descendit dans la grotte, jusque devant le tombeau : il y vit les linges repliés des deux côtés vers le milieu : les aromates y étaient enveloppées et la bande de toile roulée autour : le linge qui avait couvert la face était également plié et déposé à droite contre la paroi. Jean alors suivit de Pierre, vit tout cela et crut à la résurrection.

Ce que Jésus leur avait dit, ce qui était dans les Ecritures devenait clair pour eux maintenant, et jusqu’alors ils ne l’avaient pas compris. Pierre prit les linges sous son manteau, et ils s’en revinrent en courant par la petite porte de Nicodème, Jean courut encore en avant de Pierre. J’ai vu le sépulcre avec eux et avec Madeleine, et chaque fois j’ai vu les deux anges assis à la tête et aux pieds, comme aussi tout le temps que le corps de Jésus fut dans le tombeau. Il me sembla que Pierre ne les vit pas. J’entendis plus tard Jean dire aux disciples d’Emmaüs que, regardant d’en haut, il avait aperçu un ange. Peut-être l’effroi que lui causa cette vue fut-il cause qu’il se laissa devancer par Pierre, et peut-être aussi n’en parle-t-il pas dans son Evangile par humilité, pour ne pas dire qu’il a vu plus que Pierre. Je vis en ce moment seulement les gardes étendus par terre se relever et reprendre leurs piques et leurs lanternes. Ces dernières, placées sur des perches à l’entrée de la grotte, avaient quelque peu éclairé l’intérieur.

Les gardes, frappés de stupeur, sortirent en hâte du jardin et gagnèrent la porte de la ville. Pendant ce temps, Madeleine avait rejoint les saintes femmes, et leur racontait qu’elle avait vu la Seigneur dans le jardin, et ensuite les anges. Ses compagnes lui répondirent qu’elles avaient aussi vu les anges. Madeleine courut alors à Jérusalem, et les saintes femmes retournèrent du côté du jardin où elles croyaient peut-être trouver les deux apôtres. Je vis les gardes passer devant elles et leur adresser quelques paroles.

Comme elles approchaient du jardin, Jésus leur apparut revêtu d’une longue robe blanche qui couvrait jusqu’à ses mains, et leur dit : “ Je vous salue ”.  Elles tressaillirent, tombèrent à ses pieds et semblèrent vouloir les embrasser ; toutefois je ne me rappelle pas bien distinctement cette dernière circonstance. Je vis que le Seigneur leur adressa quelques paroles, sembla leur indiquer quelque chose avec la main, et disparut.

Alors elles coururent en hâte au Cénacle, et rapportèrent aux disciples qu’elles avaient vu le Seigneur et ce qu’il leur avait dit. Ceux-ci d’abord ne voulaient croire ni elles, ni Madeleine, et traitèrent tout ce qu’elles leur dirent d’imaginations de femmes jusqu’au retour de Pierre et de Jean. Comme Jean et Pierre que l’étonnement avaient rendus tout pensifs s’en revenaient, ils rencontrèrent Jacques le Mineur et Thaddée qui avaient voulu les suivre au tombeau, et qui étaient aussi très émus, car le Seigneur leur était apparu prés du Cénacle. l’avais aussi vu Jésus passer devant Pierre et Jean, et Pierre me parut l’avoir aperçu, car il sembla saisi d’une terreur subite. Je ne sais pas si Jean le reconnut. Dans ces visions relatives à la Résurrection, je vis souvent, soit à Jérusalem, soit ailleurs, le Seigneur Jésus au d’autres apparitions en présence de diverses personnes, sans remarquer que celles-ci le voient aussi. Quelquefois je vois les uns frappés d’un effroi soudain et saisis d’étonnement, tandis que les autres restent indifférents. Il me semble que je vois toujours le Seigneur, mais je remarque en même temps que les hommes ne le voyaient alors qu’à certains moments. Je vis de même continuellement les deux anges en habits sacerdotaux se tenir dans l’intérieur du sépulcre, à partir du moment où le Seigneur y fut déposé ; je vis aussi que les saintes femmes, tantôt ne les voyaient pas, quelquefois n’en voyaient qu’un, tantôt les voyaient tons doux. Les anges qui parlèrent aux femmes étaient les anges du tombeau. Un seul d’entre eux leur parla, et comme la porte n’était qu’entrouverte, elles ne virent pas l’autre.

L’ange qui descendit comme un éclair, rejeta la pierre du tombeau et s’assit dessus, parut sous la figure d’un guerrier. Cassius et les gardes le virent au commencement assis sur la pierre. Les anges- qui parlèrent ensuite étaient les auges du tombeau ou l’un d’eux. Je ne me souviens plus pour quelle raison tout cela se fit ainsi : quand je le vis, je n’en fus pas surprise, car alors ces choses paraissent toutes simples et rien ne semble étrange.

La Douloureuse Passion de Notre Seigneur, chapitre 66

Résultat de recherche d'images pour "femmes cimetière"

Leonce Joseph JONCIERES (Dompierre 1871 – 1947)

Femmes au cimetière

« Les ténèbres ne sont point ténèbres devant toi…» (Ps 138,12)

Résultat de recherche d'images pour "femmes au tombeau christ"

 

« Les ténèbres ne sont point ténèbres devant toi ; la nuit comme le jour illumine » (Ps 138,12)

De Saint Augustin

„Nous les mortels, nous devons dormir pour réparer nos forces et donc interrompre notre vie par cette image de la mort, qui nous laisse au moins des bribes de vie. Ainsi, tous ceux qui veillent dans la chasteté, l’innocence et la ferveur se préparent sans nul doute à la vie des anges ; contre ce fardeau de mort, ils trouvent grâce dans l’éternité… Maintenant, mes frères, écoutez les quelques mots que je vais dire sur la veille que nous accomplissons cette nuit…
Notre Seigneur Jésus Christ est ressuscité d’entre les morts le troisième jour : nul chrétien n’a de doute là-dessus. Les saints évangiles attestent que l’événement s’est produit en cette nuit… Ce n’est pas de la lumière aux ténèbres mais des ténèbres à la lumière que nous nous efforçons de monter. L’apôtre Paul nous y engage : « La nuit est bien avancée ; le jour est arrivé. Laissons là les œuvres de ténèbres et revêtons les armes de lumière » (Rm 13,12)… Nous veillons donc en cette nuit où le Seigneur est ressuscité et où il a commencé en sa propre chair la vie dont je vous parlais à l’instant, qui ne connaît ni mort ni sommeil. Et cette chair qu’il a relevée du tombeau ne mourra plus, et ne retombera plus sous la loi de la mort.
Les femmes qui l’aimaient sont venues à l’aube visiter son tombeau ; au lieu de trouver son corps, elles entendirent des anges leur annoncer la résurrection. Il est donc clair qu’il est ressuscité la nuit qui précédait cette aube. Ainsi, celui dont nous célébrons la résurrection en nos veilles prolongées, celui-là nous donnera de régner avec lui dans une vie sans fin. Et quand bien même, à l’heure où nous veillons, son corps soit encore dans la tombe et qu’il ne soit pas encore ressuscité, notre veille garderait tout son sens : car il a dormi pour que nous veillions, Lui qui est mort pour que nous vivions.”